Dans le cadre de l’année des Justes ‘Mère de guerre’: Lecture-spectacle d’ Adolphe Nysenholc

samedi 04 Déc. 2021 - 20h00

Atelier Marcel Hastir (étage 1)


 

 

 

Atelier Marcel Hastir

Année d’hommage aux Justes

 Mère de guerre

 de et par

Adolphe Nysenholc

 avec des marionnettes et un débat

 

Après Cracovie, Sibiu, Paris, Bruxelles, Anvers, Marseille, New York, Yale University, University of Arkansas, Ashdod, Beer Sheva, New Castle, Yad Vashem,…

La pièce montre comment la Shoah travaille encore 75 ans plus tard la conscience d’un ancien enfant caché.

Si la pièce a été montée par des troupes de théâtre, l’auteur la joue parfois seul, avec des « marionnettes », sculptures qu’il anime devant lui sur une table durant sa lecture dans l’obscurité.   

La pièce rend hommage à des Justes. Elle les met en scène, en revenants.  Avec des statuettes de pierre blanche.

« Je ne fais pas la leçon. J’atteste une expérience. Comme auteur et comme témoin, un des derniers bientôt à encore pouvoir le faire. Ces figurines entre moi et l’audience permettent de parler de ce vécu avec la distance nécessaire. C’est ma pratique de la résilience. Enfant sauvé, je continue à me sauver. »

La pièce montre un fils qui doit choisir entre la mère qui lui a donné la vie et celle qui l’a préservée au risque de sa propre vie. C’est un jugement de Salomon moderne, mais où l’enfant lui-même doit trancher.

De nos jours, étant donné les nouvelles familles, beaucoup d’enfants sont déchirés entre deux mères ou pères. La pièce met cette situation singulièrement en relief du fait de la situation extrême de la guerre. C’est un dialogue avec les morts. Un hommage vivant. Et rythmé par la comptine mise en musique par Mozart, « Ah vous dirais-je maman ». Car la mère avait laissé son petit avec une boîte à musique jouant cet air. L’abandon fut un don. Un don de vie.

La pièce a été traduite en néerlandais, anglais, hongrois et yiddish.

www.adolphe-nysenholc.be

 

                                                                                  adolphe nysenholc

 

Elevé en flamand, auteur d’expression française. Adolphe Nysenholc échappe à la déportation à trois ans. Il a mis un demi-siècle pour oser dire que sa vie avait commencé par la mort. Pour arriver à lui-même, il a dû s’arracher plusieurs masques. D’abord, spécialiste de Chaplin. Puis professeur de faculté. Sa première pièce de théâtre est une variante d’un mythe grec. La deuxième une parodie des évangiles. Enfin la troisième parle de sa mère assassinée.

Et son roman, Bubelè l’enfant à l’ombre, évoque l’amour pour ses parents de guerre. Il est traduit en italien et en néerlandais.

 

Avec l’aide de Démocratie ou Barbarie

 

 

 

Covid Safe Ticket obligatoire!

Réservations

Type de billet Prix Places
Billet standard 15,00 €
Billet étudiant et enfant moins de 12 ans 10,00 €


Les paiements s’effectuent uniquement en espèces à l’entrée des événements.