Rita Matos Alves (soprano)-Jean-Luc Impe (théorbe,archiluth,guitare baroque)-Catherine Daron (viole de gambe) : Musique en Méditerranée au XVIIème

samedi 15 Jan. 2022 - 20h00

Atelier Marcel Hastir (étage 2)


 

                   Au programme :
 
Musique en Méditerranée au XVIIème
Monteverdi, Michel Lambert, José Marin…
 

 

 

 

Rita Matos Alves – soprano

« Treasure trove: Rita Matos Alves in Gluck’s Paride ed Elena » Opera Now

« Una Contessa dall’innata eleganza e dal bel colore pervaso da una luminosa malinconia » Operaclick

« La pétillante Rita Matos Alves, au bel canto raffiné » M. Dumont-Mergeay, La Libre

Une voix très riche : presque colorature dans l’aigu tandis qu’elle est charnue pour le médium grave » Olyrix

« Rita Matos Alves – à l’aise dans toutes les tessitures, et si belle… – y confirme ses immenses qualités de comédienne et de chanteuse. »
Martine Dumont-Mergeay, La Libre à propos de la création de « Antigone in the Dark »

 

Née à Lisbonne, Rita Matos Alves habite à Bruxelles, où elle a étudié au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles. Elle s’est perfectionnée ensuite en Italie en tant que pensionnaire du « Laboratorio Toscano per la Lirica » à Pise et à la Musikakademie Schloss Weikersheim en Allemagne.

Lauréate du Concours International de Chant de Marmande en France, du Concours Armel Opéra Festival en Hongrie et du Concours International Montserrat Caballé en Espagne; Rita Matos Alves a fait ses débuts à l’opéra en Allemagne dans le cadre des Junge Oper Schloss Weikersheim, dans le rôle de Clorinda (La Cenerentola de Rossini), sous la baguette d’Alexandro de Marchi.

Sa carrière l’amène ensuite à se produire en Italie, en France, au Luxembourg, en Allemagne, en Espagne, au Pays-Bas, en Belgique et au Portugal.
Vibrante interprète des rôles mozartiens, elle a incarné La Contessa d’Almaviva et Susanna dans Le Nozze di Figaro, Zerlina dans Don Giovanni, et Pamina dans Die Zauberflöte.

Parmi ses nombreux rôles, Rita Matos Alves a notamment chanté Elena dans Paride ed Elena de Gluck à l’Opéra Royal de Wallonie, Clorinda dans la Cenerentola de Rossini au Teatro Verdi de Trieste, Madame Mère dans Tistou les Pouces Verts de Sauguet à l’Opera de Rouen, Atamira dans L’Empio Punito de Alessandro Melani au Teatro Verdi de Pisa et The French Daughter dans Death in Venice de Britten au Théâtre Royal de La Monnaie.

Active dans la création musicale contemporaine, Rita a interprété le rôle de The Little Cloud dans la création mondiale de la cantate « Book of Thel » de Piers Maxim au Concertini du Théâtre Royal de La Monnaie. Et tout récemment, salué par la critique, elle a crée le rôle d’Antigone dans « Antigone in the Dark » de Stéphane Orlando au Théâtre Poème.

En concert, Rita s’est produite dans divers festivals et salles de concerts, donc le Bozar de Bruxelles; le Concertgebouw d’Amsterdam; le Teatro da Trindade et le Festival ao Largo à Lisbonne; le Festival Musica Sotto la Torre à Pise et le Festival Pianistico della Città di Carrara en Italie; à l’Abbaye de Neumünster et au Grand Théâtre du Luxembourg; le Colisée de Roubaix et au Théâtre des Sablons de Neuilly; en Belgique aux Festival Eté Mosan, Festival Midi Minimes, Festival Ars Musica; aux Rencontres Musicales Internationales d’Enghien, au Palais Royal…

Tout récemment, Rita vient de participer, à la Comédie Claude Volter, à un spectacle combinant théâtre et chant de Carmela Giusto intitulé « Molière, l’Opéra, Vous et Moi ! » qui tournera en Belgique et en France. Cette saison, nous pourrons l’écouter notamment dans le Stabat Mater de Dvorak à Bozar avec le Brussels Philharmonic Orchestra.

 

 

Jean-Luc Impe – théorbe, archiluth, guitare baroque :

 Après une formation musicale classique, Jean-Luc Impe obtient une maîtrise en musicologie à l’Université Libre de Bruxelles et se consacre dès lors à la pratique du luth au Conservatoire National Supérieur de Strasbourg. En 1989, il fonde la Compagnie des Menus-Plaisirs du Roy avec laquelle il monte différents opéras-comiques : L’Ombre du Cocher-poète, Atys travesti, Proserpine, The Gentle Shepherd, Gigogne, Polichinelle Cadmus, Persée… À l’instigation du Festival d’Ambronay et en collaboration avec la Grande Écurie et la Chambre du Roy, sous la direction de Jean-Claude Malgoire, Jean-Luc Impe a monté l’Alceste de Quinault et Lully qui fut présentée, pour la première fois depuis la reprise de 1739, dans sa version tragédie lyrique et, en contrepoint burlesque, comme cela se pratiquait habituellement au XVIIIe siècle, sous forme parodique au moyen de marionnettes, de comédiens et de chanteurs. Ces différentes productions tournent dans les plus grands festivals de musique baroque.

 Il a été professeur au Conservatoire de Nice de 1997 à 2004 et dispense depuis des cours de luth lors de nombreux stages. Arte et la Cinquième lui ont consacré deux soirées thématiques au sein de l’émission « Maestro ».

 Les Menus-Plaisirs du Roy ont commencé une série d’enregistrements discographiques sur les vaudevilles et petits airs tendres du Grand Siècle avec la collaboration de la soprano Céline Scheen (Parodies spirituelles et spiritualité en parodie / Musica ficta) et du ténor Stéphan Van Dyck (Boismortier des villes et des champs / Musica ficta).

 À l’occasion du tricentenaire de la naissance de Favart, l’Opéra-Comique à Paris a confié à Jean-Luc Impe la parodie de la Provençale de Mouret : La Fille mal gardée. Toujours dans cette institution, Les Menus-Plaisirs du Roy reprennent Atys travesti lors de la production de William Christie.

Au moment de sortir (espérons-le) de cette crise sanitaire, Jean-Luc Impe souhaite redonner vie à un petit livre de cuisine de 1738 : Le Festin Joyeux de Lebas. Les recettes, toutes en musique, seront proposées à la télévision sous forme de petites capsules vidéos reprenant la musique et l’explication pratique des recettes. Pour ce faire, Les Menus-Plaisirs du Roy se sont entourés de spécialistes en histoire de la gastronomie et de cuisiniers passionnés de l’époque et réuniront leurs talents au château de Lavaux Sainte-Anne.

Catherine Daron – Viole de Gambe :

 Après l’obtention d’un premier prix de Flûte traversière dans la classe de Michel Lefebvre au Koninklijk Muziek Conservatorium de Bruxelles, Catherine Daron se voit décerner, à l’unanimité du jury, le Diplôme Supérieur de Traverso sous la conduite de Barthold Kuijken.

Parallèlement elle étudie la viole de gambe auprès de Philippe Pierlot au conservatoire de Maestricht dans un premier temps et au Lemmens Instituut à Leuven ensuite.

Membre fondateur des Menus-Plaisirs du Roy, elle participe avec cette formation à divers enregistrements discographiques et à de très nombreuses productions (Atys travesti, Alceste, Persée, La Fille mal gardée…) et, ce dans les plus grands festivals dévolus à la musique baroque. Catherine Daron joue également avec d’autres ensembles : Il Cortegiano, (avec lequel elle enregistre un CD de musique de la Renaissance italienne), La Grande Écurie et la Chambre du Roy, sous la direction de Jean-Claude Malgloire, etc.

 Afin d’élargir sa pratique, orientée majoritairement vers les musiques officielles et aristocratiques sous l’Ancien Régime, Catherine Daron a décidé de se tourner vers la musette qui offre, à tout moment, l’avantage de voyager plaisamment à la frontière, souvent ténue, du populaire et du savant. Elle dispense actuellement des cours de flûte traversière et de traverso dans les Académies de Boitsfort et d’Overijse.

 

 

Réservations obligatoires ci-après – Entrée: 15 € – 8 € (étudiants et enfants de moins de 12 ans)

Covid Safe Ticket obligatoire!

 

 

Réservations

Type de billet Prix Places
Billet standard 15,00 €
Billet étudiant et enfant moins de 12 ans 10,00 €


Les paiements s’effectuent uniquement en espèces à l’entrée des événements.