ANNULE -Carmen Hernández , chant – Musique latino-américaine: le tango, la femme, la musique du Cône Sud

samedi 13 Juin. 2020 - 0h00

Atelier Marcel Hastir (étage 2)


Carmen fait ses débuts très tôt dans la chanson populaire de sa Colombie natale. A l’âge de cinq ans elle chante en duo avec son frère Luis à la radio colombienne. Lors d’une cérémonie dans son lycée à Bogotá, elle est remarquée par le compositeur Jorge Camargo Spolidore qui lui propose de chanter en solo avec « La Orquesta Femenina de Colombia » dont il est le  chef. Par la suite, elle est invitée à la télévision colombienne et fait partie des « Las Brigadas de la Salud de El Tiempo », grande « caravane »   humanitaire organisée par le journal colombien. Etudiante aux Etats Unis, elle est choriste dans le musical « Jesus Christ super star ».

Mais c’est en France qu’elle décide de vivre ; elle  suit au Panthéâtre la formation vocale et théâtrale du Roy Hart Théâtre avec Enrique Pardo. Elle suit les cours de technique vocale de Yva Barthélémy et de Michèle Le Goff, qui va la former à la technique du « Souffle et  Voix ». Sa passion pour le tango l’amène à Buenos-Aires où elle prend des cours de danse, et travaille le tango chanté.

Depuis 2003, Carmen monte ses propres récitals  et spectacles à thème : « Mirando al sur » ; « Le tango entre nostalgie et psychanalyse » ; « Chansons d’AM – l’Amérique Latine : un continent et ses rythmes » ; « La copla… un sentimiento cantado » ; « Choguy : la música del cono sur » ; « De la habanera à la rumba criolla » ; « A t’évoquer tango de mon cœur »(avec la participation du poète Henri Deluy, auteur du livre  Les poètes du tango  ;  « La Colombie : l’autre pays du tango » ;  « ¿Qué quiere una mujer? ».

A Paris, Carmen chante dans des milongas, spectacles de tango et pièces de théâtre tels que « Le fleuve aux semelles du vent », de Carmen Aguiar et « Tangos à jamais »  présenté dans le cadre du Festival Paris Banlieue Tango.

En 2006, elle crée le concert-spectacle « Le sud sur mon épaule », mis en scène  de Claude Bokhobza, sous la direction musicale de  Alfonso Pacín. Ce spectacle a été présenté notamment au Théâtre de l’Epée de Bois à la Cartoucherie de Vincennes, dans le cadre du Festival « Mujeres artistas latinas » (Femmes Artistes Latines).

L’été 2008, elle chante à Bogotá dans un concert au bénéfice  du Comité Permanent des Droits de l’Homme.

L’année 2010 ouvre le Bicentenaire de L’Amérique Latine et du Caraïbe. Carmen présente le concert « 1810 Canto a mi América 2010 » au FESTIVOIX  de Beauvais et à la Maison de l’Amérique Latine à Paris.

Depuis 2006, elle donne des cours de technique respiratoire « Souffle et Voix », pour chant et parole.