DiverZarts vous propose la Présentation d’Art® : « RÉSONANCES »

vendredi 17 Sep. 2021 - 14h00 - 22h00

Atelier Marcel Hastir (étage 1)


Depuis sa création en 2013, l’association Diverzarts  située à Paris 19 met en place ce qu’elle nomme « Présentation d’Art® ».

Ce type d’évènements artistiques lui permet de présenter un/une ou plusieurs artistes dans des espaces et projets de taille comme de durée différentes.

La Présentation d’Art® qui vous est proposée ci-dessous rentre dans le cadre de cette volonté de poursuivre cette diversification comme de rechercher de nouveaux lieux, réseaux de diffusion et public.

Il importe également à l’association Diverzarts de suivre des artistes émergent-e-s dont la production est en constante évolution.

Elle souhaite leurs offrir une visibilité, un accompagnement et des outils de professionnalisation (ce partenariat a également permis à certain-e-s artistes d’être repéré-e-s par des galeries puis d’être présenté-e-s par celles-ci).

 

La Présentation d’Art® que vous propose l’association DiverZarts est une exposition collective dont le titre est « RÉSONANCES ».

L’objectif visé est de mettre en écho, en résonance les œuvres de 5 artistes et de convier le public dans cette proposition de regards croisés.

Qui sont les 5 artistes en regards croisés ?

 

Marika Perros – peinture –

Florence Brodard – dessin à la craie grasse

Yves Helbert – dessin à la mine de plomb

Christophe Horlain – collage en bas-relief

Joëlle Bondil – dessin au fil, à l’encre ou à l’aquarelle

Christophe Horlain  – dessin au fil

Pour de plus amples informations concernant l’association DiverZarts

et son collectif d’artistes, vous pouvez consulter l’historique de nos Présentation d’Art® sur www.diverzarts.com

 

Horaires

Exposition du jeudi 16 septembre au dimanche 19 septembre 2021

Jeudi  14h –  vernissage à partir de 18h

Vendredi 14h – Performance & Lecture de Marika PERROS à 19h

Samedi 10h – 18h

Dimanche (finissage) 14h – 18h

 

 

 

Marika PERROS 
 
Vit et travaille à Toulouse 

Peindre, c’est jouer ! Jouer avec la matière !
Etre l’alchimiste d’un monde qui se crée
Depuis plus d’une trentaine d’années, j’explore la figuration suggérée, avec des périodes diverses ayant toujours un lien entre elles.

C’est un maillage étroit entre pensée, matière et physique, figuration et abstraction.
Depuis 10 ans, mon thème de prédilection, NATURE, un seul mot, celui qui manque à l’homme.

Quoi de plus naturel alors que de faire « peindre la matière elle-même »
Je suis une artificière qui lance le feu d’artifice.
Je joue telle une chimiste à reproduire une rivière qui court, une fleur qui respire, un nuage qui se pose.

Je me défini simplement,
comme une « passeuse » d’image, humblement les déposer, doucement ou voracement,
laisser le hasard jouer avec moi, avec la toile je veux laisser apparaître tout se qui doit !

L’univers se peint lui même, c’est la goutte qui gicle, pas moi.
C’est pour cela que je laisse peindre la matière, elle est vivante …

 

Florence BRODARD 

Vit et travaille à Paris / Fontenay sous Bois

Représentée par la Galerie EKO SATO – Paris

Mes sources d’inspirations ont toujours privilégiées la recherche de formes simples colorées.
Depuis quelques années, mon travail de création s’est ouvert au domaine du dessin. Ce n’est que depuis peu que j’expose mon travail au public.

La technique employée ici, est le pastel gras sur papier.
Mes dessins.
Miroirs d’un monde inconscient.
Reflets de l’invisible, sont le fruit d’un processus pendant lequel, émerge une forme directement transmise de l’inconscient à la main. Relayé par le regard qui va donner chair à la proposition. Donnant naissance à des images à la fois naïves et matures, simples et puissantes, gaies et dérangeantes.

* Son univers est peuplé de créatures improbables dont les formes amiboïdes déjouent toute tentative de fixation d’une échelle. Microcosme ou macrocosme ?
Ce sont des incarnations graphiques d’un lent processus d’émergence instinctive de formes probablement refoulées. Même si la démarche en est radicalement différente, profondément individuelle – individualiste, même – ces dessins peuvent faire penser aux cadavres exquis des surréalistes.
Le résultat, loin de toute grandiloquence ou de tout drame, est à la fois spontané et mûri, naïf et expressif.

* source MACPARIS 2014 – extraits

Yves HELBERT

Vit et travaille à Paris / Sète

Représenté par la Galerie TOKONOMA – Paris

Yves Helbert, des mondes entre portrait et paysages

Le monde dessiné d’Yves Helbert est teinté d’humour et invite à imaginer des liens entre l’homme et la nature. Collectionneur d’images, de références, de sources à la fois historiques et puisées dans notre quotidien, il associe des paysages et des portraits imaginaires de personnages inventés. Il combine ces deux sujets qui depuis longtemps sont bien distincts. Sa démarche n’est pas si éloignée des recherches des surréalistes et de la pratique du collage.

Ses œuvres réalisées à la mine graphite dévoilent différentes manières de traduire nos expériences face à des paysages et de se les approprier en images. Elles renvoient également aux multiples moyens de diffuser les vues de lieux explorés. L’artiste nous invite à repenser nos liens aux photographies, aux documents, traces d’un événement, d’un voyage et mise en scène de soi.

Il ajoute à ses dessins des mots, phrases pour nous ouvrir vers de possibles récits et questionnements. « Ces mots arrivent souvent de manière impromptue pendant que je dessine ou lorsque j’ai fini un dessin témoigne l’artiste ».

L’écriture manuelle donne à ses œuvres et au sujet une nouvelle aura.

Le résultat est plein d’humour, léger et délicat

Extrait d’un texte de Pauline Lisowski (2020)

 

Christophe HORLAIN

Vit et travaille à Paris

Représenté par DiverZarts

Il aborde au travers d’un travail de bas-relief, la « Mutation du mâle » dans notre société contemporaine. Sa réflexion se tourne sur l’intime, l’acceptation de son propre corps, libre ou pas, déjouant les codes classiques de nos représentations.

Dans les œuvres présentées, il utilise divers médiums pour une composition sous forme d’assemblage dont le sujet principal est le corps anatomique masculin, ne présentant ainsi aucun lien sur l’origine géographique ou culturelle de son sujet.

Christophe Horlain dans chaque tableau ainsi construit met en évidence une légende en lien avec l’environnement dans lequel le sujet est projeté.

Série Epiderme : Fil sur papier

L’artiste questionne l’empreinte humaine sur nos territoires mettant en évidence par le travail du fil, les traces visibles de nos modes de circulation.
Epiderme d’un espace prélevé, donnant à voir une cartographie dont les diverses parties structurelles se dessinent sous formes géométriques laissant apparaitre d’innombrables petits territoires ou de parcelles aux contours délimités.

Seuls les divers tracés permettent de se déplacer d’un point à un autre tout en contournant ses différents espaces, signe que nous sommes de plus en plus nombreux a utiliser nos voies de déplacement, qu’elles soient urbaines et régionales.

 

Joëlle BONDIL

Vit et travaille à Bagnolet

Représentée par la galerie Antoine Laurentin – Paris/Bruxelles

Scénographe ainsi que plasticienne, Joëlle Bondil a une pratique constante et privilégiée du dessin. Par cette pratique contemporaine (qu’elle souhaite polymorphe : à son image), elle met en œuvre une perception sensible de nos environnements comme de nous-mêmes.

Il lui importe de traduire la fragilité ainsi que l’impermanence de la condition humaine.

Grâce à des allers retours entre micro/macro, elle met en œuvre la question de l’anthropocentrisme. Elle interroge tout autant les frontières, qu’elle représente de façon aussi floues que mouvantes et le met directement en lien avec ce qu’elle ne souhaite pas : « l’univocité» du propos. Pour cela, elle travaille avec différentes références, plusieurs niveaux de lecture et d’approches qu’elle entremêle. La perception spatiale de ses œuvres : celle du proche, du lointain et des stades intermédiaires fait également partie de ses ingrédients de travail.

Par le tissage de gestes, vocabulaires graphiques, médiums, supports, formats, références, réflexions et dans un rapport au temps volontairement ralenti (contretemps), elle cherche, dans le meilleur des cas, l’élaboration, la maturation puis la proposition d’œuvres sensibles autant qu’ouvertes.

Réservation indispensable ci-dessous : 

Réservations

Les réservations sont closes pour cet événement.

Les paiements s’effectuent uniquement en espèces à l’entrée des événements.