Les œuvres de Marcel Hastir

Ci-dessous quelques exemples d’œuvres de Marcel Hastir à travers les décennies et son parcours d’artiste peintre. Sa création comporte surtout des portraits, des nus et des vues de paysages.

Les nus
Les paysages
Les portraits

Marcel Hastir a suivi les enseignements de maîtres rentrés depuis dans l’histoire de l’art belge tels que Montald, Fabry, Delville pour le dessin et la peinture, Crespin pour les arts décoratifs, Rousseau pour la sculpture, Vauthier (alors restaurateur au Musée d’Art Ancien) pour la restauration.

Cette formation a été enrichie par des séjours d’étude à l’étranger, notamment à Paris et en Italie. Il a obtenu des prix artistiques, dont celui  de la section Art Monumental de l’Académie de Belgique.

S’il est toujours resté dans le champ du figuratif, on remarque dans son œuvre des influences symbolistes (C. Montald), et quelques personnages qui semblent sortis de peintures de P. Delvaux (P. Delvaux et M. Hastir travaillaient avec les mêmes modèles).

Réalisée à la pointe d’argent, au crayon, au pastel, au lavis, au brou de noix à la détrempe ou à l’huile, son œuvre reste de facture assez classique et on y trouve beaucoup de portraits et de nus, en marge des innovations de son temps mais non sans rapport avec elles.

Ses œuvres ont été exposées à de nombreuses reprises dans les années 30 en Belgique, notamment au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles aux côtés de Magritte, au Centre Artistique d’Anvers en 1950,  à la Galerie Michel Huysmans à Liège en 1971, à la Galerie Van Gogh à Bruges en 1983, outre ses expositions personnelles dans son atelier. Il y eu ensuite des rétrospectives de son œuvre à  l’Hôtel Charlier et à la Chapelle de l’Abbaye de Stavelot, où on pouvait retrouver ses paysages, ses œuvres de folklore hongrois, portugais, néerlandais influencées par ses voyages, et surtout ses portraits.

En tout, sans doute plus de 3000 œuvres; environ 300 peintures et au moins autant de dessins sont encore à l’Atelier de la rue du commerce. Des œuvres de M. Hastir sont également conservées dans des musées, des collections privées et on en trouve certaines dans la section des imprimés anciens de la Bibliothèque Royale de Bruxelles ainsi que dans la photothèque de l’IRPA (Institut Royal du Patrimoine Artistique).

Bon nombre de photographies ont été réalisées dans le cadre d’une mission d’inventaire du patrimoine mobilier en Région de Bruxelles-Capitale, menée par l’IRPA et la Direction des Monuments et Sites. ©KIK-IRPA, Bruxelles.