Rencontre de Boris Pasternak et Alexandre Scriabine – Jonathan Benichou, piano et Anna Guerguel, Récitante

dimanche 06 Nov. 2016 - 17h00

Atelier Marcel Hastir (étage 2)


leonid-pasternak-dessin-2leonid-pasternak-dessin-1

Dessins de Leonid Pasternak

Au programme: Boris PASTERNAK Sonate en si mineur ; Prelude in E-flat Minor; Prelude in G-Sharp Minor –
Alexandre SCRIABINE Préludes op.16; Sonate n 7 op.64 « la messe blanche » ;Fantaisie op.28 en si mineur

Jonathan Benichou, piano
Entre à 14 ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, dans la classe de Jacques Rouvier et obtient un Premier Prix (avec mention très bien) ainsi que le Diplôme de formation supérieure. Il part en-suite se perfectionner durant deux ans au Mannes College de New York, dans la classe de Pavlina Dokovs-ka. – Il est ensuite invité au conservatoire Tchaikovsky de Moscou par la Fondation Rostropovitch (Russie), et suit les cours de Vera Gornastaeva. – Jonathan Benichou se perfectionne encore avec Grigory Gruzman au Conservatoire supérieur de Hambourg en Allemagne ou encore à l’Ecole Cortot dans la classe de Rena Shereshevskaya. Il reçoit tout en long de ses études parallèlement les conseils de maîtres comme ceux d’Aldo Ciccolini, Dimi-tri Bashkirov, Eteri Andjaparidze, Micha Katz, Pnina Zalsman.
Esprit toujours en recherche, Jonathan Benichou s’imprègne tout au long de son parcours musical de l’héritage des écoles pianistiques, françaises et russes dont il tire une synthèse personnelle, à l’image de ses origines, de cultures multiples.
Il est invité par des Festivals renommés, tels que ceux de Radio France, Deauville, « Jeunes Virtuoses » à Antibes, Menton, Auvers-sur Oise, « Révélations Talents » à Strasbourg, le Festival de Puteaux, Bagatelles Paris. Il est encore l’invité de salles et de lieux renommés comme l’Auditorium du Louvre, le Sénat, la salle Gaveau, le théâtre de l’Athénée Louis Jouvet, la Fondation Polignac, le Palais des Festivals à Cannes, l’Opéra de Nice, l’Arsenal de Metz, le Pin Galant à Mérignac.
A l’étranger, il se produit sur les scènes d’Amérique du Nord et du Sud: le Carnegie Hall de New York, le Théâtre culturel de Sao Paulo au Brésil, la Bibliothèque Luis Angel de Bogota, le Théâtre Amira de la Rosa de Barranquilla, l’Auditorium Luis Calvo à Bucaramanga ainsi que l’Université de Medellin, ou en-core la Quinta de San Pedro à Santa Marta en Colombie. – Dans les pays d’Europe de l’est, dans la salle de la Philharmonie de Iasi en Roumanie, la Philharmonie Smetana en Tchéquie, Théâtre de Gdansk en Pologne, ainsi qu’au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, la Philharmonie de Vladivostok, la Philharmonie de Rostov-sur-le Don en Russie, la salle d’orgue à Chisinau en Moldavie, la Philharmonie de Tiraspol en Transnistrie, le Musée littéraire de Odessa en Ukraine, Salle de Rachmaninov à Moscou, qui tous, incarnent des lieux mythiques de la vie musicale.
Interpellé par la recherche de nouveaux langages, il compose la bande originale de trois courts-métrages et ne cesse d’approfondir de nouvelles idées sonores liées à divers projets audiovisuels.
Depuis toujours passionné par la musique de son temps, Jonathan Benichou crée des pièces pour piano de Marc-Olivier Dupin à l’Auditorium du Louvre pour L’Eneide de Virgile en collaboration avec la Comédie-Française, le quatuor pour clarinette, cordes et piano ‘Court Studies’ de Thomas Ades, ou encore la sonate ‘Le Rêve du monde’ d’Olivier Greif pour laquelle il collabore à l’édition avec la maison Symétrie. – Il est invité à se produire dans la «Fantaisie concertante» pour piano et orchestre de Thierry Escaich avec l’orchestre philharmonique de Rouen en présence du compositeur.
Paru en 2003 sous le label Triton, son premier enregistrement offrant le Trio de Chostakovitch et le Trio d’Olivier Greif, avec ses partenaires le violoniste Yan Orawiec et le violoncelliste Dimitri Maslennikov, reçoit les critiques les plus élogieuses de la presse musicale: 5 diapasons, ainsi que le « Coup de Cœur » du magazine Piano. En 2009, Jonathan Bénichou consacre son premier CD en piano seul au compositeur Alexandre Scriabine, qui est également récompensé par 5 Diapasons et un « Coup de Cœur » de la FNAC.

Anna Guerguel, soprano
Née à Saint-Pétersbourg. Anna Guerguel étudie d’abord le chant au Conservatoire d’Etat de Saint Péters-bourg (Russie). Elle se perfectionne ensuite au Conservatoire Royal de Bruxelles chez Marcel Vanaud où elle obtient son diplôme Supérieur et reçoit un « prix spécial » pour ses résultats exceptionnels lors de l’examen donné par la commission française du Patrimoine.
Elle suit également des Master classes auprès de Jard Van Nes, Elena Obraztsova, Valter Berry.
Dans le domaine de l’opéra, elle fait ses débuts en Belgique en tant que Mère Marie dans Dialogues des Carmélites de Poulenc, au Petit Théâtre Opéra Royal de Wallonie à Liège en 2004.
Elle remporte le 1er Prix au Concours International de Musique (TIM) à Rome en 2006, et elle chante son premier récital lyrique au Teatro Nicolo van Westerhout à Bari en Italie, acclamée par la presse comme une interprète «fascinante» des œuvres de Mozart, Bellini, Rossini dans le répertoire Bel Canto.
Sa passion pour la musique de chambre l’amène à participer régulièrement aux festivals internationaux de musique de chambre comme Arte Amanti, Festival Printemps Musical de Silly (Belgique ), le Festival Ren-contres Musicales Internationales des Graves en collaboration avec les compositeurs Betty Olivero et Boaz Ben Moshe (France) et « Soirées de Musique de chambre et de la Poésie »(Russie, Saint- Saint-Pétersbourg).
Elle se produit régulièrement en concert comme soliste et chambriste en France, en Russie , en Italie, en Belgique . Son répertoire s’étend de la musique baroque (Bach, etc.) à celle du 20 ème siècle (Frank Martin, Messiaen, Chostakovitch, Gubaidulina, etc.).
Anna Guerguel s’est produite avec les pianistes Maria Guerguel, Jascha Nemtsov, Olga Kononova, Andrew Wise, Vesna Podrug, Stéphane De May, la flûtiste Wendy Quinlan, le trio Argandi, les orchestres de Saint-Pétersbourg Opéra et de la Chapelle des Minimes.
Sa discographie comprend trois albums intitulés « Stories of Love » (avec sa sœur Maria Guerguel, pianiste et chef de cœur du « Saint-Pétersbourg Opéra »), « Age d’argent de la poésie russe » et « les Satires » de D.Chostakovitch, ainsi qu’ un DVD « La Musique juive en Russie au XXe siècle ».
Promotrice de la musique vocale russe, elle a une affinité particulière pour le répertoire moderne, en particu-lier les œuvres de Chostakovitch et de Prokofiev. Dans son deuxième CD, enregistré en 2010 à Saint-Pétersbourg, elle a rassemblé une collection unique d’œuvres rarement jouées de compositeurs russes, inspi-rées par des poètes russes de l’âge d’argent, comprenant Alexandre Blok, Anna Akhmatova et Konstantin Balmont.

Réservations

Les réservations sont closes pour cet événement.