Béatrice de Bock, piano – Salon romantique avec Chopin, Liszt, Brahms, Poulenc et une composition personnelle

dimanche 30 Avr. 2017 - 18h30

Atelier Marcel Hastir (étage 2)


 

 Récital de Béatrice De Bock, piano

Salon romantique

Les compositeurs et interprètes romantiques avaient pour habitude de se réunir dans ces salons pour écouter, jouer, se découvrir et faire découvrir des musiques liées aux sentiments humains. Musique subjective, subtile ou belliqueuse : c’est ce que ce salon veut remettre au goût du jour.

Les œuvres sont commentées, introduites… dans un désir d’échange avec le public. Une manière de transporter l’art du piano aux états d’âmes qui traversent les cœurs.

Ainsi après le concert, un lieu d’échange et de discussion sera ouvert autour du verre offert où chacun est bienvenu pour s’exprimer sur ce qu’il a ressenti à travers ces œuvres.

Programme

Chopin – Nocturne op.9 n°1

Liszt – Mephisto Waltz n°1

Chopin – Nocturne op.9  n°2

Liszt – Mazeppa  (Poème symphonique)

Brahms – Capriccio op.76  n°1

Composition personnelle

Chopin – Nocturne n° 20 op. Posthume

Poulenc – Toccata (tiré des trois Pièces)

Chopin – Polonaise op. 52 n°6

 

 

Béatrice De Bock , pianiste, Chanteuse,  Auteur-compositeur-interprète

Née d’une famille de musiciens, d’un père belge et d’une mère de l’ex U.R.S.S. ayant tous deux étudié au Conservatoire de musique Tchaikovsky à Moscou (l’un la composition et l’orchestration dans la classe de Tikhon Khrennikov après ses premiers prix à Bruxelles et l’autre son premier prix en piano dans la classe de Iakov Zak), elle plonge dans la musique classique dès sa naissance et apprend le piano aux côtés de ses parents ( dès quatre ans), en suivant son père (Michel De Bock) dès son plus jeune âge à l’opéra de Krefeld à Mönchengladbach où il exerce la fonction de Kapellmeister, et où il sera élu artiste de l’année en Allemagne en 1990.

Sa mère (Véronika Makhou) la dirige très tôt vers des compositeurs slaves  et européens et entame sa formation de musicienne plus assidûment en la retirant, avec la permission du Ministère de l’éducation en Belgique, du système scolaire normal (à onze ans) afin de développer ses aptitudes musicales et poursuivre son cursus à domicile.

Elle étudie ainsi dans plusieurs académies (notamment celle de Woluwé Saint-Lambert -maintenant le Castel où sa mère enseigne) chez divers professeurs de piano comme Patricia Montero (avec laquelle elle fréquentera le Conservatoire Royal de Bruxelles) ou Laurence Mekhitarian. Elle participera aussi à la classe de musique de chambre de Marie Boulenger, à celle de chant de Pascaline Lurquin (où elle sera pour une année soliste dans sa chorale), suivra des cours d’histoire comparative entre musique et littérature, des cours d’histoire de la musique, de théâtre, de ballet (Ornella Latino) et de peinture.

C’est lors des stages de l’International Music Academy qu’elle rencontre  Johan Schmidt, qui sera son professeur au Conservatoire Royal de Mons, ainsi que Yuka Izutsu, son assistante, avec lesquels elle approfondira des œuvres de Liszt, Chopin, Prokofiev ou Rachmaninov.
Elle se produit alors régulièrement dans des salons artistiques, et des salles (notamment le K.V.S. ou l’Espace Magh) lors d’évènements. – Actuellement elle fait un cursus de diplômes à l’ABRSM des Royal Schools of Music.

Elle a aussi suivi aussi des stages de jazz organisés par les Lundis D’Hortense aux côtés d’Ivan Paduart, Ron van Rossum ou bien Erik Vermeulen.

En sa jeunesse, elle a participé à de nombreux concerts dans des académies et des lieux publics (notamment les « Pianofolies » de 2005 organisées et enregistrées par Les jeunesses Musicales à Flagey, le concert d’inauguration du centre culturel Wolubilis à Woluwé, ou divers concerts à l’Académie de Woluwé Saint-Lambert, nommée maintenant le Castel).
Elle passe ensuite dans un brassage de différents types de concert : alliant chant et voix par l’initiation à la scène Blues, Jazz, Rock, Alternative, Chanson française, Musique du monde par l’intermédiaire de rencontres musicales. Elle organise et participe assidûment, pendant ses années au conservatoire, aux jams du Bizon, Bonnefooi, Kafka, Rue d’Artois…
Elle touche notamment à la musique orientale  à travers une rencontre fusionnelle avec le violoniste Mohamed Al Mokhlis avec lequel elle répète, improvise et arrange des musiques devenues des sortes de carrefours où les cultures se frôlent.

Avec lui elle travaille en co-création et en co-direction avec le Théâtre de la Galafronie (Didier De Neck) sur une pièce musicale représentant la diversité culturelle de Saint-Josse (The Muzicien(ne)s) dans le cadre du festival Tok Toc Knock, organisé par le KVS) où elle joue du classique, chante des compositeurs russes, et accompagne.

Elle accompagne notamment l’orchestre arabo-andaloux de Rafik El Maai à Maastricht et au « Sommet des consciences » à Fès.

Elle a de biais suivi une année de philosophie à l’Université Libre de Bruxelles, mais la musique demeure certes  le langage intrinsèque à sa sensibilité.

Ses écrits sont publiés notamment au Maroc dans la Revue « La nouvelle Vague ».

Elle lance en 2014 son projet solo « B-Astre » avec un premier clip Toi. Le projet, plus pop, réunit quelques-unes de ses disciplines (le chant, le piano, le synthé, le texte et la danse) et prépare son premier album.

Et elle continue à se produire avec ses répertoires classiques en Belgique avec divers récitals à l’Atelier Marcel Hastir, à la Cellule 133a ou au Château de Waroux.

Réservations: debockbeatrice@gmail.com  – Entrée : 12 (6 enfants de moins de 12 ans)

Réservations

Les réservations sont closes pour cet événement.