« Another place » – Edenwood duo Cathérine Struys, guitare classique, et Wouter Vercruysse, violoncelle – Oeuvres de Ester Mägi, Raffaele Bellafronte, Michel Lysight, Nathan Kolosko, Mathias Duplessy, Erkki-Sven Tüür et Armand Coeck

dimanche 20 Jan. 2019 - 17h00

Atelier Marcel Hastir (étage 2)


Edenwood duo Cathérine Struys, guitare classique, et Wouter Vercruysse, violoncelle

Le programme Another Place (disponible à partir du 23 novembre 2018) vous invite au voyage et à la découverte avec des oeuvres illustrant à la fois les racines des compositeurs et le goût pour des atmosphères exotiques et lointaines. 

Edenwood duo – Catherine Struys * guitare et Wouter Vercruysse * violoncelle

« Catherine Struys et Wouter Vercruysse: deux passionnés qui ouvrent de nouvelles voies, vers un répertoire dont on n’avait même pas conscience qu’il pouvait exister… Un travail salutaire réalisé par deux musiciens inspirés, à la technique solide, et à la poésie puissante! » Laurent Graulus (Musiq’3 – décembre 2017)

En 2016, Catherine Struys et Wouter Vercruysse décident de former également un duo sur scène en fondant le duo Edenwood autour d’une idée: faire découvrir le répertoire originalement écrit pour guitare et violoncelle depuis la deuxième moitié du 20ème siècle. – Formé auprès de Sophie Hallynck et Guy Danel, le duo enchaîne les concerts depuis sa création, tant en Belgique qu’à l’étranger, et remporte un 2d prix au Concours International Léopold Bellan à Paris, en novembre 2017. Musiciens passionnés et investis, ils développent un langage intense et expressif au service des oeuvres qu’ils interprètent. – Le duo Edenwood a réalisé plusieurs enregistrements notamment sur l’album The GCM Project (A Croch’Note Production) ainsi que la création mondiale de la Suite pour violoncelle et guitare d’Alan Charlton (Ophelia Productions). L’album Another Place (novembre 2018) est le premier album complet du duo.

Le programme Another Place est une sélection d’oeuvres originalement écrites pour guitare et violoncelle durant ces 30 dernières années.

Voir : https://www.youtube.com/watch?v=ukzPCfx9bHE&t=3s

                 Programme « Another Place »

A une époque où le sentiment national se perd bien souvent dans une mondialisation de plus en plus présente, certains compositeurs utilisent leur art pour faire vivre leurs racines alors que d’autres se laissent aller au chant des sirènes d’un monde lointain et exotique. Le programme Another Place du duo Edenwood témoigne de cette ambivalence au travers de pièces mêlant les racines des compositeurs aux rythmes et mélodies venues d’ailleurs. La musique ayant le pouvoir incroyable de transporter l’auditeur dans un autre espace, Another Place sera tantôt un autre lieu, une autre culture, une autre époque ou une expérience spirituelle.

Cantus – Ester Mägi (Estonie, 1922*)

Ester Mägi étudie la composition aux Conservatoires de Tallinn et Moscou. Elle grandit sous le régime de Staline et craint donc la censure soviétique. C’est sans doute la raison pour laquelle ses premières oeuvres sont empreintes d’un caractère national romantique reconnaissable. La plupart de ses oeuvres sont basées sur de brefs éléments thématiques empruntés ou caractéristiques des mélodies populaires estoniennes. A la fin des années 60, le régime soviétique perd de son emprise sur le milieu artistique et l’oeuvre d’Ester Mägi se fait plus abstraite. Des caractéristiques modernistes, telles que polytonalité, couleurs harmoniques et éléments rythmiques, viennent enrichir son écriture. – Cantus, composée en 1987, est la première pièce de musique de chambre écrite par Ester Mägi incluant la guitare.

Suite n°1 – Raffaele Bellafronte (Italie, 1961*)

Raffaele Bellafronte est considéré comme l’un des compositeurs les plus intéressants de la scène musicale italienne actuelle. Sa réputation de compositeur éclectique et aventureux émerge dans les années 90 lorsqu’il commença à écrire des oeuvres de grande envergure pour piano et également pour une large variété de combinaisons inhabituelles d’instruments. Le plaisir de Bellafronte est d’utiliser d’anciens styles à sa manière. Ses oeuvres révèlent un refus de la modernité en faveur d’une écriture traditionnelle. On retrouve dans l’écriture de Bellafronte différents états d’esprits; mais la passion, l’interaction, l’ironie, la souffrance et l’amour sont les différentes facettes d’une même pièce. La Suite n°1 (1994) tire son origine dans le langage du tango.

Méditation – Michel Lysight (Belgique, 1958*)

Rétif à l’idée de se plier aux diktats de l’école post-sérielle qui prétendait être la seule « vraie musique contemporaine », il développera son langage personnel en découvrant des musiciens tels que Steve Reich ou Arvo Pärt, ce qui en fera une des figures de proue du courant postmoderne (Nouvelle Musique Consonante). Il y a chez lui une volonté farouche de réintégrer la notion de « plaisir » dans la musique contemporaine, tant pour les interprètes que pour les auditeurs, mais sans pour autant sombrer dans la facilité ou le « retour à… ». – Méditation (2009) est une pièce particulièrement chantante, au caractère mélodique prononcé, un moment de recueillement “hors-temps”. Plusieurs versions existent et celle pour violoncelle et guitare a été réalisée spécialement à destination du Edenwood Duo pour le présent enregistrement.

Luminance – Nathan Kolosko (Etats-Unis d’Amérique, 1975*)

Multi-instrumentiste, Nathan Kolosko interprète et compose une musique à la fois originale et éclectique. Une musique qui compte une large palette de répertoires et de genres, qui mêle traditions anciennes, approche contemporaine et sensibilités. Luminance (2008) est une oeuvre très personnelle. On trouve dans cette pièce une grande douleur et une grande peine, tout autant qu’une espièglerie sous-jacente. Cette composition est en partie le résultat de son travail avec l’artiste plasticienne Ling-Wen Tsai. Le silence, l’espace et une aspiration au minimalisme. Il s’intéresse à définir les contours du vide, laissant la place aux pensées et aux émotions des auditeurs autant qu’à emplir le silence avec des sons. Cette œuvre était un premier pas dans ce sens.

Presto – Mathias Duplessy (France, 1972*)

Musicien autodidacte, Mathias se passionne d’abord pour la musique classique, et plus particulièrement pour Ravel, son intarissable source d’inspiration. S’en suit la découverte du jazz, Miles Davis, John Coltrane… Amoureux des musiques traditionnelles il apprend à jouer des instruments venus des quatre coins du monde et se plaît à détourner, mélanger, réinventer l’univers artistique de ces instruments loin des sentiers de leurs origines. Insatiable curieux, Mathias Duplessy n’a eu de cesse de diversifier ses sources d’inspiration, et de collaborer avec des artistes de toutes les traditions, abolissant ainsi les frontières des genres, pour aboutir à un style sans pareil.

Spiel – Erkki-Sven Tüür (Estonie, 1959*)

Erkki-Sven Tüür grandit à Tallinn sous le régime soviétique. Il étudie la flûte traversière, les percussions et la composition au Conservatoire et fonde un groupe de rock progressif. Essentiellement instrumentales, les « chansons » qu’il compose au sein de ce groupe sont dépourvues de paroles afin d’éviter la censure du régime. Depuis les années 80, la carrière de compositeur d’Erkki-Sven Tüür n’a cessé de se développer. La principale caractéristique de sa musique est l’intense dimension énergétique. L’approche intuitive et rationnelle sont synthétisée dans un système totalement organique. Comme compositeur, Tüür souhaite répondre aux questions existentielles. L’un de ses objectifs est d’atteindre l’énergie créative des auditeurs. La musique, en tant que forme abstraite d’art, est capable de créer une vision différente pour chaque individu de la même manière que chacun est unique. Tüür utilise dans ses oeuvres un large spectre de techniques de composition. Il s’est intéressé au chant grégorien et au minimalisme, à la polyphonie linéaire et à la micro-tonalité, à la musique dodécaphonique… Afin de décrire sa tentative de contraster et combiner des opposés en musique – tonalité opposée à atonalité, rythmes répétitifs réguliers opposés à des rythmes complexes irréguliers, quiétude méditative opposée à une théâtralité exacerbée – le compositeur utilise le terme « meta-langage ».

Soledad – Armand Coeck (Belgique, 1941*)

Est considéré comme autodidacte tant comme guitariste que comme compositeur. Depuis sa jeunesse, Armand Coeck est très influencé par le compositeur brésilien Heitor Villa-Lobos. A côté de la musique d’Amérique latine, les chants grégoriens et le contrepoint du Moyen-Age sont de grandes sources d’inspiration. Pour Armand Coeck, la mélodie occupe une place centrale dans la recherche de simplicité et d’honnêteté de la musique. – Soledad (2018), dédié au duo Edenwood Signifiant solitude en espagnol, Soledad est une chanson d’adieu. La chanson de chaque histoire humaine se termine par un adieu. Cette fatalité est symbolisée par un motif modal récurrent que le thème principal vient clôturer. Mais Soledad renvoie également à la beauté de l’âme seule face au détachement des liens et influences profanes.

Wouter Vercruysse – violoncelle

Wouter Vercruysse a étudié le violoncelle avec Judith Ermert au Conservatoire Royal de Gand, où il obtient un Master en Musique avec la plus grande distinction.  Il a par ailleurs suivi des master classes de violoncelle avec, entre autres, Yo-Yo Ma, Alain Meunier, Alexander Rudin, Jean Guihen Queyras, et en musique de chambre avec Rainer Schmidt (Quatuor Hagen) ainsi que Claus-Christian Schuster (le Trio Altenberg de Vienne). – Wouter Vercruysse a été lauréat du Prix Rotary de Courtrai et du prix Belfius Classics Bruxelles. – En tant que soliste et musicien de musique de chambre, Wouter Vercruysse a donné des concerts dans les salles les plus prestigieuses du monde: le Carnegie Hall à New York, le Shanghai Oriental Arts Center, la Cité de la Musique à Paris, le Muziekgebouw aan ‘t IJ à Amsterdam, et au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles. – Son premier album «Nightbird», sur lequel figure également la musique de son mentor Armand Coeck, a reçu d’élogieuses critiques internationales. Il a été nominé pour le Prix JPF de la musique aux États-Unis, et choisi pour le CD Klara4Kids II, publié par EMI Music. Son deuxième album, Folies de Flandre, reprend entre autres ses propres compositions et a été classée Meilleure Production Discographique par JWR (Canada). – Il se produit actuellement au sein du St. George Quintet, lauréat de Supernova 2016, et lors de diverses collaborations musicales dans des formations de musique de chambre. – www.woutervercruysse.com

Catherine Struys – guitare classique

Guitariste belge diplômée des Conservatoires Royaux de Musique de Bruxelles et de Liège (classe de Luc Vander Borght), Catherine Struys a perfectionné sa maîtrise de l’instrument auprès de Johan Fostier et Yves Storms ainsi que lors de masterclasses avec des artistes de renommée internationale tels que Eduardo Isaac, Susanne Mebes, Oscar Ghiglia, Pablo Marquez, Alvaro Pierri, Hopkinson Smith, Zoran Dukic, Roberto Aussel, Pavel Steidl, … 

Catherine Struys se produit régulièrement en Belgique et à l’étranger en tant que soliste  ainsi qu’en musique de chambre. Notamment au sein du duo Escala, de Locango ou en duo flûte et guitare avec Renata Kambarova mais également lors de collaborations ponctuelles avec des musiciens étrangers dans le cadre de tournées. Son premier album «Saudade», sorti en 2008, reprend des œuvres espagnoles et latino-américaines du 20ème siècle. – En 2014, Catherine Struys sort son 2ème album « Amasia » au sein du duo Escala (avec Stéphane Parent). – Depuis janvier 2014, Catherine Struys est également conseillère artistique auprès du festival Kaléidoscope de la Guitare à Rixensart (Belgique). – www.catherinestruys.be

Après le concert le verre de l’amitié vous sera offert, en compagnie des artistes

Réservations recommandées:voir ci-après – Entrée: 15 €  (7 € enfants de moins de 12 ans)

www.acrochnoteartists.com

 

 

Réservations

Type de billet Prix Places
Billet Standard 15,00 €
Billet Enfant (moins de 12 ans) 7,00 €